Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toujours plus !

Via de la Plata- avril 2013 L’histoire des albergues.

Cela fait un peu plus de deux semaines que je suis sur ce chemin. Hier soir nous avons parlé des différents hébergements que nous avons fréquentés et en particulier de ceux de Carcaboso où beaucoup de pèlerins étaient logés à l'albergue de la senora Elena alors que nous n'étions que 3 à l'albergue municipale qui compte 24 lits. Bien sûr cette dernière n'est ouverte que depuis un an.

Sylvie avait déjà dit qu’elle avait eu de la pub sur chemin pour l'albergue privée ; Maria s'est fait agressée par la senora Elena lorsque nous nous sommes arrêtées au bar ensemble (bar qui s'avère être celui du fils de ladite senora) et ce soir j'apprends que Titiana s'est entendu dire qu’il n'y avait plus de place à Carcaboso et donc à poursuivi en stop jusqu’à Jarilla ce qui explique pourquoi je ne l’avais pas revue alors que nous avions quitté ensemble Casar de Caceres.

Tout cela m'offusque, me dérange et je me déclare prête à envoyer un mail à la municipalité pour dire les choses et suggérer de faire de la pub en amont. Zorro est prêt à sauver le monde !

Et je pense à nouveau à El Réal de la Jara où le jeune qui vient d'ouvrir une albergue distribue aussi des papiers sur le chemin et vient presque chercher les pèlerins à l'albergue municipale.

Cette expérience me renvoie à une page ouverte « par hasard » chez William, il y a quelques mois et dont j’ai recopié ce paragraphe :

Si mon enfant intérieur exige amour et attention, si je ressens quelque souffrance émotionnelle, peu importe ce que c’est, je reconnais la réalité de ce moment, je me l’approprie. La relation devient alors ma sadhana, ma pratique spirituelle.

Si j’identifie chez mon partenaire un comportement inconscient, je m’approprie cette prise de conscience dans une attitude d’amour afin de ne pas réagir.

L’inconscience et la reconnaissance de ce qui est ne peuvent longtemps cohabiter, même si la reconnaissance se produit chez moi et non pas chez celui qui agit par inconscience. Pour la forme d’énergie qui sous-tend l’hostilité et l’agressivité, la présence de l’amour est absolument intolérable. Si je réagis d’une façon quelconque aux attitudes inconscientes de mon partenaire, je deviens moi-même inconsciente. Mais si je me rappelle de reconnaître ma réaction, alors rien n’est perdu. Eckart Tolle

Ce matin, en marchant, je prends conscience que tout cela fait partie de moi et je l'accueille.

J'accueille le sentiment d'injustice°° et je choisis de laisser agir mon essence°°.

J’accueille mon esprit critique°° et je choisis de laisser agir mon essence°°.

Je ne peux en aucun cas porter la souffrance de l’autre, mais je peux la transcender, alors je pratique aussi ho’oponopono°

Je suis désolée,

je vous pardonne,

je vous remercie,

je vous aime.

Merci aussi Guy et François les pèlerins avec lesquels, en verbalisant ces évènements, j'ai pu prendre conscience de mes limites.

° méthode à découvrir sur le web

°° suivi d’un « inspir » lent et d’un « expir » lent

Tag(s) : #mes expériences de vie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :